Français

Cologne : la police s’inquiète d’un nouveau phénomène, le «taharrush gamea»

Des fleurs déposées sur les marches de la gare de Cologne.

Les autorités allemandes soulignent la similitude avec un «modus operandi connu dans les pays arabes» : le harcèlement sexuel des femmes dans les foules.

La liste est longue et répétitive. Dans le rapport du ministère de l’Intérieur de Rhénanie-du-Nord-Westphalie sur les agressions de Cologne, figure la retranscription des plaintes enregistrées la nuit du 31 décembre devant la gare centrale. Le journal Bild s’est procuré le document et publie dans son édition de mardi 114 d’entre elles. Une dizaine d’hommes seulement figurent parmi les victimes. Toutes les autres sont des femmes qui ont subi les mêmes violences, mêlant petite délinquance, comme le vol de téléphones portables, et harcèlement physique.

Les faits sont résumés à chaque fois en quelques lignes et décrivent une nuit entière de chaos : les premiers faits ont été signalés à 19 heures et les derniers à 8 heures. «21h45, la victime a été saisie sur l’ensemble du corps par plusieurs individus». «22h45, deux victimes, la première a été saisie dans ses parties intimes, la deuxième a aussi eu son sac arraché». «23h05, la victime a été touchée dans ses parties intimes, son iPhone a disparu» ; «23h30, le sac de la victime a été arraché, un groupe de personnes arabes a été aperçu» ; «23h30, la victime a été encerclée par plusieurs individus et touchée au fessier, son sac a été volé» ; «00h30, en passant au travers d’un groupe d’individus, la victime a été saisie au fessier sous sa jupe et dans ses sous-vêtements. On a tenté de voler son sac». «00h30, un homme et une femme, un groupe de vingt individus (nord-africains) ont attrapé les victimes, tiré sur leurs pantalons. Un porte-monnaie a été dérobé». «01h00, trois victimes, encerclées par un groupe de Nord-Africains. Elles ont été saisies à l’entrejambe, à la poitrine et au pantalon. Les téléphones portables ont été dérobés. Tentative de vol de sac à main». «01h30, la victime a traversé un groupe de 50 personnes. Elle a été saisie au fessier et sous le t-shirt. Le téléphone portable a été dérobé». «05h30, un individu a interpellé la victime en lui disant ‘‘toi, sexy” et l’a touchée». Depuis le 1er janvier, plus de 500 plaintes ont été déposées.

images-211

Le plus jeune suspect âgé de 16 ans

«Ce phénomène d’agressions sexuelles de masse n’était pas prévisible», lit-on dans le rapport, qui pointe du doigt la délinquance nord-africaine. La police souligne néanmoins la similitude avec un «modus operandi connu dans les pays arabes comme «taharrush gamea», le harcèlement sexuel des femmes dans les foules».

Sur les dix-neuf suspects dans le viseur de la police, une dizaine était connue pour des faits de délinquance, l’un d’eux pour agression sexuelle. Sept sont de nationalité marocaine, trois sont Algériens, un Libyen, un Tunisien et un «Nord-Africain» figurent dans la liste, avec un Iranien, un Syrien, un Somalien, un Turc, un Albanais et un de nationalité inconnue. Dix sont demandeurs d’asile. Le plus âgé à 32 ans et le plus jeune 16 ans.

10805558_10152626267798542_1409749270662952663_n111111111121113113121111212

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s