Français

Malika et le Saucisson Magique – 4 

IV-Le STUPRE en action

A quelques encablures de l’Elysée dans les sous- sol de l’Amicale des Gaullistes
Nécessiteux, une alarme se mit à sonner en même temps qu’une lampe rouge se mit à clignoter.

– Tonnerre !!! s’écria l’agent Foccart 000. Car sous l’apparence d’une modeste association de bienfaisance envers les gaullistes éplorés par le départ inopiné de leur gourou « Le Général »,  se cache le plus puissant service secret du monde, le plus redouté, le plus efficace, le plus français ! Le STUPRE alias Service Terriblement Utile Pratiquant un Renseignement Efficace..

Tellement secret que son patron le Colonel Ducon ne sait même pas qu’il existe, d’ailleurs le Colonel Ducon ignore aussi qu’il en est le patron. Du moins telle est la légende.

– Et voila, à 6 mois de la retraite fallait que ça tombe sur moi ! J’espère que c’est un essai ou une fausse alerte, c’est encore un truc à perdre ses points de retraite, pesta l’agent Foccart qui venait de finir sa 12ème bière de la matinée.

– J’étais peinard, pas un appel depuis quand déjà ? Ah oui, l’affaire Pornovic en 1968, je débutais dans le service à l’époque… Une sale affaire, il fallait déstabiliser le ministre Pompelemou en le faisant passer pour un sodomite notoire, ça avait bien marché, on avait fait de superbes photos truquées, jusqu’au jour où il a menacé de révéler qu’il était le fils adultérin du Général avec une espionne allemande, alors forcément ça avait coûté son poste au patron de l’époque, je me rappelle plus son nom, pas grave. Quand on pense que le colonel a fini pétomane au music hall ! Il est mort en scène comme Molière à cause d’une boite de haricots avariés. Il a fait une implosion ! Une belle mort pour un artiste.

– Bon calme, promptitude et efficacité, j’appelle le boss, au fait comment il s’appelle et où on le trouve, et le mot de passe où l’ai-je foutu ? Ah voila..

Fiévreusement l’agent Foccart se mit à tourner les pages de l’annuaire
téléphonique de la Willaya 75.

– Ah ! Voila, je savais que je finirai par trouver.

Rapidement, il composa le numéro sur le dernier produit de la technologie
française, le poste téléphonique à cadran modèle 1960. A l’autre bout du fil la sonnerie retentit, une fois, deux fois, trois fois, puis une voix répondit, c’était visiblement un répondeur, une voix langoureuse, orientale
très loukoumesque.

– Bijoouur, bienvinou à la Grande Mosquée croyant des croyants, pour les certificats Hallal tape 1, pour une conversion tape 2, pour une lapidation tape 3, pour parler à un Imam tape 4, pour une excision tap..

Sans attendre la suite notre super agent fit le 4 avec le cadran téléphonique super technologique fierté de l’industrie tricolore.

– Salam aleikum Salam Bismillah Allah Illah et tout le reste. Qu’est ce ti vi mon frire ?

– La tantine de Burgos aimerait visiter Notre Dame de Paris, je répète la tantine de Burgos aimerait visiter Notre Dame de Paris.

– Nardinnn ti tfou dma guoule, ici si la mosquée pas le bâtiment di chiens
d’infidèles. Jvi appli la police de la virtu nardinnnn mok ta mer si ti continu di ti foute di ma guoule.

Et l’interlocuteur raccrocha brutalement au nez à la barbe qu’il n’avait pas, de l’agent Foccart 000.

– Mince ! pourtant c’était bien le numéro, par le Général et par Couve de
Murville ! Me voila bien avancé, comment contacter le boss maintenant !! Pendant que l’agent Foccart 000 essayait désespérément de trouver une solution au problème, dans son palais le Président Ben Sarko tournait furieusement et nerveusement en rond dans son bureau carré.

– Mais qu’est qu’ils foutent !!!! Bordel, quel ramassis de cons ! Des incapables ! Bon, faut avouer, je les ai nommé pour ces qualités !

Sur ces entrefaites une grande bringue brune avec une guitare à la main entra dans le bureau présidentiel, c’était Carlita son épouse. Elle avait eu une enfance difficile de gosse de milliardaire, errant pendant des années de palaces en hôtels particuliers. Dès sa majorité elle rompit avec son milieu familial après avoir négocié une rente annuelle de 2.000.000 d’€ pour subvenir à ses modestes besoins. Après avoir été actrice dans le cinéma porno d’art et d’essais finlandais, la fibre sociale s’éveilla en elle, et elle devint animatrice socio-culturelle pour l’insertion des masses  populaires à la maison pour tous Ilitch Ramirez Sanchez de Bobigny.

C’est là que celui qui n’était encore que ministre, le futur Président Ben Sarko, la rencontra lors d’une de ses visites protégé par 80.000 militaires. Le coup de foudre fut immédiat et les noces eurent lieu peu de temps après.

– Comment vas-tu mon Naboléon adoré ? Tu m’as l’air contrarié ! Veux tu que je te joue la chanson que j’ai composée pour ton couronnement ?

D’habitude la présence de Carlita avait un effet calmant sur le Président, or là il n’en était rien, il la rabroua vivement.

– Espèce de sotte, espèce de Ségogole ! Viens pas me casser les couilles avec ta musique à deux balles et déjà commence à prendre des cours de chanson, j’ai d’autres soucis en ce moment que cette cérémonie à la con.

A ces mots, Carlita fit demi tour et quitta la pièce sans mot dire, écrasant une larme perlant à ses yeux de morue défraîchie.

Pendant que se déroulait ce drame conjugal à l’Elysée, l’agent spécial Foccart 000 désespérait de pouvoir contacter le boss, le Colonel Ducon, du  moins était-il connu sous ce nom.

– Pourquoi il a fallu que ça tombe sur moi ! A 6 mois de la retraite, je suis foutu… j’ai beau chercher, les instructions pourtant sont claires : en cas de déclenchement de l’alarme suprême, page 22 du bottin téléphonique de la Willaya 75, cherchez la boite gay « Au chanteur de Mexico ». J’ai suivi à la lettre les instructions et à l’arrivée je tombe sur la Grande mosquée !!

Soudainement, le téléphone se mit à sonner dans la pièce. D’abord interloqué l’agent 000 fut comme paralysé, puis reprenant ses esprits il saisit le combiné de sa main tremblotante.

– Je suis foutu ! C’est pour me dire que je suis viré… ».A A Allo !  » dit il
anxieusement.

Il n’avait pour toute réponse que le souffle de son interlocuteur.

– Allo ! allo ! Parlez ou je raccroche.

Soudainement, la personne qui avait appelé s’exprima.

– Allo, je suis bien à l’Amicale des Gaullistes Nécessiteux ?

Surpris par la question, car en fait peu nombreux étaient ceux qui connaissaient cette pseudo association, l’agent répondit:

– Oui vous êtes bien là, que désirez vous, un abonnement à notre revue « Je vous ai compris » ?

– La tantine de Burgos aimerait visiter Notre Dame de Paris, je répète la tantine de Burgos aimerait visiter Notre Dame de Paris…

A ces mots l’agent 000 lâcha le combiné, titubant comme frappé par un boxeur..

– Par Olivier Guichard ! Le mot de passe !

Pourquoi Ben Sarko est il si nerveux ? Qui est le mystérieux interlocuteur de Foccart 000 ? Que devient Malika ?

Ce suspense devient insoutenable ! A suivre…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s