Français

Malika et le Saucisson Magique – 6 ‘

VI – THE JOYEUX !

L’étrange photo reporter tout en semblant immortaliser les façades décrépies du quartier observait discrètement les clients qui entraient dans le salon de thé oriental.

A l’intérieur de celui-ci se trouvait une douzaine de tables, six joueurs de  dés sirotaient leur thé à la menthe. Le patron Marius Césaréo avait le profil du bistrotier phocéen ; taille moyenne, embonpoint et moustache. Avant la loi contre l’obésité infantile il possédait un beau bar Pmu, mais la vente des boissons ayant été strictement règlementée et réservée aux plus de 75 ans, il s’était résolu à ouvrir ce salon de thé. Avec bonheur, car désormais la boisson préférée des marseillais était le thé à la menthe.

Un habitué entra.

– Allez l’OM !!
– Allez l’OM Répondirent les clients et le patron
– Enculés de parisiens
– Ouaaiiohhhh enculés de parisiens

Et tous éclatèrent du rire vulgaire couscoussier caractéristique des populaces levantines.

– Alors Walid comment va ? Toujours emploi fictif au département ?

– Ouuaaiiiohhhh, mais m’en parle pas Djib, je suis en arrêt de travail, je me suis cassé un ongle en faisant un bulletin de Loto Foot.

– Oohhhh putainnnn, c’est grave oooohhhh

– Je souffre encore, putain j’ai morflé ooohhh

– Alleezzz patron, c’est ma tournée, thé à la menthe pour tous !

Dehors, notre reporter algérien consultait sa montre.

– J’ai bien compté 12 personnes hormis le dernier qui semble être un client
habituel, le compte est bon et il est 12H30, on y va…

Et d’un pas décidé, il se dirigea vers l’estaminet théinophile. Marius essuyait ses verres lorsqu’il pénétra dans l’établissement. Il avança lentement, semblant sur ses gardes, et rapidement sentit un drôle de climat, l’ambiance était glaciale. Les joueurs soudainement avaient cessé leur partie et dévisageaient l’intrus de manière méfiante. Le reporter après un léger moment d’hésitation se reprit.

– Ah oui… Allez l’OM !

Comme libérés par ces mots magiques ils répondirent

– Ouuuuaaiiohhh ! Allez l’OM et enculés de parisiens !

– Oui ! Enculéés de parisiens !

L’atmosphère se détendit, et ils reprirent leur partie sans plus se soucier de ce nouvel arrivant. Il était désormais près du comptoir. Marius, le patron, imperturbablement continuait à essuyer ses verres tout en observant ce nouveau visage.

– J’ai bouffé un kebab avarié, où sont les toilettes ?

A ces mots, tout en restant impassible Césaréo lui désigna de la tête une porte située à droite du comptoir, et discrètement il appuya sur un bouton situé sous ce dernier.

– Oh patron, c’est un défilé aujourd’hui ! L’interpella Djib

– J’ai loué une salle à une association de sionistes repentis. Bon, les gars, la prochaine elle est pour moi..

– Ouuuaaiioohh !!!

Pendant ce temps le reporter d’Al Wattan, car il s’était annoncé comme tel ne l’oublions pas, avait pénétré dans la pièce indiquée par Marius. Sans même allumer, il se dirigea droit devant lui et ouvrit une trappe avec une clef cruciforme. Elle découvrit un escalier, bien vite notre homme s’y  engouffra, il le dévala rapidement alors que derrière lui la trappe se refermait.

– J’espère ne pas me retrouver piégé, maintenant il est trop tard pour faire demi tour..

L’escalier descendu comme feu le président Kennedy, il se trouva face à une porte métallique, au delà duquel des bruits sourds de conversation lui parvenaient.

– Pas de risques, prenons nos précautions, je suis plus tranquille avec le joujou prêt à intervenir.

Il ouvrit alors brutalement la porte, et devant lui s’offrit un spectacle insolite, une vingtaine de personnes étaient attablées dans ce qui était la copie d’un bar d’antan. Il huma l’odeur qui flottait, elle ne lui était pas inconnue, et la vue des verres dissipa ses derniers doutes, c’était du PASTIS ! Il se trouvait dans un de ces fameux bouges clandestins ouvert depuis les nouvelles lois.
Contrairement au salon de thé personne ne remarqua sa présence. Visiblement bien informé sur les lieux, il se dirigea vers une porte interdite au public. Comme pour la trappe il introduisit la clef cruciforme et elle s’ouvrit …. Il entra dans un cagibi, avec à nouveau une porte à ouvrir, cette dernière l’amena sur une pièce éclairée dans laquelle se  tenaient une douzaine de personnes.

Il remarqua que tout était capitonné pour éviter la diffusion des sons. Au milieu de celles-ci trônait un religieux à la barbe blanche vêtu d’une soutane et d’une croix, pas comme ceux issus du concile islamochrétien Vatican–Médine 1.

L’ecclésiastique prit la parole.

– Ahhh, vous voila ! ! Nos prières ont accompagné vos pas, soyez le bienvenu dans la maison du seigneur.

– Merci, bonjour à tous, j’ai simplement pris certaines précautions.

Le père reprit la parole:

– Chers Fidèles, je vous présente le correspondant de la paroisse …

A ces mots l’assistance eut un murmure d’admiration.

– Quelles sont les nouvelles, envoyé spécial ?

– Merci à nouveau à tous pour votre accueil. Si vous êtes ici c’est que la reconquête est lancée. Vous avez attendu patiemment ce moment. Les cellules dormantes sont réactivées, la phase 1 de l’opération « Bâton de berger » a été lancée, et jusqu’ici elle a été couronnée de succès, comme aujourd’hui avec l’action contre l’infâme Ben Godinet.

Les auditeurs se levèrent alors et applaudirent à tout rompre ..

– Merci, merci, mais remercions surtout Malika et Slobo, voila de bons exemples de combattants. Les applaudissements redoublèrent.

– Du calme mes amis, le plus dur est devant nous, l’effet de surprise va vite passer et nous prendrons des coups, redoublons de vigilance et par Dieu, le Christ et Cochonou nous vaincrons !!!

Ce fut un enthousiasme indescriptible dans la pièce, le prêtre demanda le silence, il fit réciter une prière à l’assistance puis apposa sa bénédiction et il reprit la parole.

– Vous le savez, j’ai à la suite des réformes instaurées par le président Ben Sarko été exilé dans la Zone. Heureusement grâce à la volonté divine qui a guidé mes libérateurs je suis parmi vous désormais.

– Bravo père !!

– Le tout puissant nous a désignés pour combattre le mal et le vaincre, ne l’oubliez pas, qui ne combat pas le mal le favorise !

– Ouiii ! bravooo !!

– Mais faisons preuve de patience, n’agissons que lorsqu’on nous le demandera.

Le représentant de paroisse reprit la parole.

– Le père a raison, il sera notre contact et tout passera par lui, que chacun d’entre vous reprenne ses activités. Tous deux nous avons à conférer pour les opérations futures. Nous vous prions donc de nous laisser seuls, allez profiter du bar à pastis.

A nouveau le petit comité applaudit, puis respectant les consignes tous partirent et laissèrent en tête à tête l’ecclésiastique et le représentant de la mystérieuse organisation.

– Père Camille, nous sommes seuls, c’était l’euphorie parmi nos amis, mais je ne vous cache pas que les risques sont énormes.

– Mon fils, si la volonté divine en a décidé ainsi…

– Vous êtes recherché, père, et croyez mon expérience il y a forcement des traîtres parmi nous.

– N’ayez crainte, très cher Commandant F, tout est écrit par le tout puissant, je n’ai pas de doutes quant à notre victoire.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s